L’importance des protéines pour augmenter le taux - lgbiotech

Vous êtes ici >> Accueil/les brèves/L’importance des protéines pour augmenter le taux

L’importance des protéines pour augmenter le taux

Ajouté le 19/02/2011 - Auteur : admin
L’importance des protéines pour augmenter le taux d’humus d’un sol Edwin Scheller s’intéressa à la qualité de l’humus à travers les proportions des acides aminés (a.a) présentes. Ces analyses très fines et demandant un matériel conséquent furent portées sur différentes composés organiques. Il est frappant de remarquer que la proportion en pourcentage de 16 acides aminés est quasiment la même entre des sols très différents. Cette proportion est cependant très différente de celle d’une matière organique d’origine que l’on apporterait au sol (feuilles mortes, fumier, etc.) mais semblable au mull que l’on trouve juste en dessous après quelques temps de décomposition. Cette teneur dans les différents acides aminés est donc le fruit du travail des micro-organismes de sol qui font tendre les protéines vers cet équilibre après une succession de décompositions/recompositions Si l’on veut augmenter le taux d’humus d’un sol, il faut donc augmenter la quantité de protéines et non pas apporter de l’azote minéral. Or la protéine est issue du monde vivant et seulement du monde vivant, elle est porteuse de la vie. Seule une substance contenant des protéines permet d’obtenir une image organisée par la méthode dite des cristallisations sensibles. Aucune substance minérale morte, ne donnera d’image en arborescence comme on peut l’obtenir avec du miel par exemple. C ‘est bien « la vie qui nourrit la vie » dans les questions de la croissance des plantes et c(est par l’intermédiaire de l’azote que cela se produit. Les sources de protéines pour le sol sont essentiellement les racines, notamment celles des légumineuses (d’autres telles que la potentille ansérine, en sont très riches). Les quantités dans un sol y sont très importantes : 40% du produit de la photosynthèse des céréales finit dans les racines par exemple. De plus elles agissent sur la dissolution des minéraux fixés sur la roche (K ou P) et peuvent émettre des acides aminés directement assimilables par d’autres plantes (exemple de l’association orge/pois) Fertiliser un sol c’est le vivifier, lui apporter des forces nécessaires pour s’opposer aux forces centripètes issues des substances physiques. Lorsque la plante meurt, elle n’est plus en mesure de contenir ces forces. La plante absorbe en permanence les forces delà vie du sol et les lui restitue à sont tour par le travail de ses racines. Cet échange se fait grâce au « porteur de l’éthérique » :l’oxygène, par l’intermédiaire de l’azote dans une association dont l’expression moléculaire est si éclatante : NO3. Lorsque l’agriculture conventionnelle apporte de l’azote minéral à un sol, elle ne fait que provoquer la fuite des forces du sol sans quelles se reconstituent. Les quantités nécessaires pour le même résultat ne font qu’augmenter et dans certains sols aujourd’hui cela ne suffit plus, le sol étant totalement « épuisé ». Ceci s’exprime par la chute dramatique des taux de Matière Organique dans ces sols. On se rend enfin compte que ce n’est pas d’azote dont a besoin une plante, mais une symbiose avec les forces de vie de son sol, dont l’expression est la teneur en humus, donc en protéines, porteuses de la vie.

Pas de commentaires, soyez le premier à commenter cette brève !

Pour ajouter un commentaire, vous devez être membre de notre site !
SARL HGBIOTECH Les Bignons 35550 LOHEAC -Tél. : 02 99 34 06 12 Mail :infos@lgbiotech.fr RC:533 783 381 00015